12 ans plus tard, Gilbert Duclos s’exprime

Au QuĂ©bec, quand on fait dans la photo de rue et dans le photojournalisme, on a un problĂšme. Parce que si on veut publier une photo, on doit faire signer une autorisation Ă  toutes les personnes qui y sont prĂ©sentes, Ă  moins qu’elles soient dans une photo de foule (ce qui est subjectif et aucunement dĂ©fini par des balises claires). C’est la Cour suprĂȘme qui a statuĂ© ça en 1998 lors de l’affaire Aubry-Duclos. J’ai toujours l’intention d’en faire un prochain billet.

Douze ans plus tard, Gilbert Duclos, le photographe impliquĂ© dans le procĂšs ci-dessus mentionnĂ©, publie un documentaire sur le droit Ă  l’image ici et ailleurs, et sur les impacts des procĂšs en droit Ă  l’image. Un vidĂ©o Ă  voir absolument si le sujet vous touche ou vous intĂ©resse.

One Reply to “12 ans plus tard, Gilbert Duclos s’exprime”

  1. Bonjour!

    Ce vidĂ©o est intĂ©ressant et d’une grande pertinence. L’espace public n’est pas l’espace privĂ©. Faudra-t-il dorĂ©navant aller prendre des photos en Ontario? À l’heure de Facebook et de l’exhibitionnisme, Ă  une Ă©poque oĂč on n’a jamais vu autant de monde prendre des photos, pourquoi ce contrĂŽle de l’image qui nous interdit de voir la rĂ©alitĂ©? Il y a peut-ĂȘtre eu des abus? Les photographes doivent faire part de discernement. Cela n’est pas une raison pour interdire de documenter, surtout de façon poĂ©tique,la vie quotidienne de nos contemporains.

    M. Duclos, nous sommes avec vous!
    À quand des gestes pour faire renverser ce jugement?

Laisser un commentaire